COORDONATEUR DE DES :

Pr Ivan BRICAULT

NOMBRE D’INTERNES EN FORMATION

EFFECTIF DES PROMOTIONS

  • Effectif de la promotion 2014: 5
  • Effectif de la promotion 2015: 6
  • Effectif de la promotion 2016: 6
  • Effectif de la promotion 2017: 5
  • Effectif de la promotion 2018: 6 ?

RANG LIMITE

2011 : 753 ; 2012 : 974 ; 2013 : 1462 ; 2014 : 1335 ; 2015 : 1780 ; 2016 : 1295 ; 2017 : 1563

GRENOBLE


Questions sur les stages

A partir de quel semestre les internes commencent-ils les gardes deradiologie ? Comment fonctionnent ces gardes ?

Répartition classique des gardes et astreintes :
– CHU, radiologie centrale : un interne de garde seul la nuit pour gérer les urgences générales, neuro, voire de pédiatrie tout venant (non spécialisées). Un chef d’astreinte diagnostique générale (hors neuro) jusqu’à 21h environ, puis joignable si besoin. Faisable quand au moins un stage en radiologie centrale en cours (dig, thorax, femme, vasc, os). Le week-end : partagé entre chefs et internes pour les jours (samedis jour : chef, dimanches jours 8-20h : chef ou interne) ; la nuit garde d’interne samedis et dimanches nuits 20-8h, possibilité de faire 24h le dimanche pour coupler 2 unités de garde.
– CHU, neuroradiologie : un interne d’astreinte (en général plus jeune), 18-22h, pas dérangé après. Un chef d’astreinte diagnostique (spécialisé neuro) joignable mais rarement présent à la console, mais quasiment toujours un chef de neuroradio présent jusqu’à 20h en IRM. Le week-end : un interne 13-20h le samedi (samedi matin fait par un interne actuellement en stage en neuroradio, peut être couplé pour faire 8-20h), 8-20h le dimanche.
– Une astreinte de radio interventionnelle générale et une de neuroradio interventionnelle.
– Une astreinte de radiopédiatrie pour examens plus spécifiques, désinvagination…

En moyenne, combien de stages de radiologie effectuent les internes ? (CHU et périphérie) R : En moyenne, 6-7 CHU et 3-4 périphéries.

– Ancienne réforme : 8 à 9 stages en radio (5-7 en CHU, 2-3 en périph) ; 1 à 2 hors radio (au choix dans n’importe quelle spé, selon les dispo à valider par le coordonnateur et l’interne référent de la spé en question ; souvent médecine nucléaire doppler en médecine vasculaire ; stage mixte radio et urgences ; stage de recherche pour Master 2 de 6 mois).
– Nouvelle réforme : 9 stages en radio (phase de consolidation la dernière année : un an dans la même surspé, soit un an en périph, soit un an au CHU, soit 6 mois en alternance dans les deux) ; 1 stage libre (stage en radio possible).

Existe-t-il un/des terrain(s) de stage(s) en libéral ?

Non.

Comment sont validés les stages ? (Notamment, existe-t-il des évaluations et sous quelle forme ?)

Pas de moment d’évaluation spécifique. Une feuille est remplie par le chef, +/- en présence de l’interne avec +/- des retours à la fin du stage.

A partir de quel semestre les internes ont-ils accès à un stage de radiologie ?

Nouvelle maquette : dès le premier semestre, moitié de la promotion au CHU, l’autre moitié en périph puis inversement au second semestre.

Quelle a été l'évolution du nombre d'internes ces dernières années, avec quelles conséquences sur la maquette locale ?

Les promotions ont doublé en 5 ans, actuellement entre 5 et 6 internes par an pour une promo sortante cette année de 4 internes (5 pour 2017 en raison de l’effectif plus réduit de candidats à l’ECN, en 2018 le chiffre devrait être de 6 : si se confirme le nombre d’internes montera à 28 soit +3 par rapport à cette année).
Cela fait quelques années qu’il n’y a pas eu de droit au remords, quel que soit le sens (départ ou arrivée en radio). Conséquences liées à la maquette : cette année avec la nouvelle maquette, qui oblige les
internes de radiologie à passer en radiologie au CHU ou en périph dès le premier sem estre, sans obligation de hors filière, il y a l’inévitable cohabitation, avec un nombre de postes CHU et dans les stages de sur-spécialisation insuffisant pour combler tout le monde. Nous travaillons en amont avec le coordonnateur depuis l’année dernière pour permettre à tous les internes de passer là où ils doivent pour assurer le respect de leur maquette. Pour le semestre à venir, affaire à suivre, mais tous les internes arrivant en premier semestre iront en radio soit au CHU (3 internes) soit en périph (3 internes). Pour le moment, personne n’est lésé, du temps que l’ARS suit nos demandes (c’était le cas au semestre précédent). Petite particularité, un interne de la promo 2017 a un statut spécial qui le conduira à ne réaliser que des stages au CHU pour des raisons de santé.

Concernant la radiologie interventionnelle : existe-t-il un/des terrain(s)de stage dédié(s) ?

Oui, un stage vasculaire général (hors neuro), très formateur (voir question suivante). En neuroradio, les internes intéressés peuvent aller sans problème en salle (pour le moment au même étage que le scanner) pour se former, quel que soit leur semestre.

Existe-t-il un système de "pré-répartition" entre les internes pour avoir une visibilité avant les choix de stages ?

Oui, à l’échelle globale déjà, la plateforme en ligne Préchoix CIEL pour les internes de spécialité tout venant. Pour la radiologie, Pr BRICAULT met en place dès ce semestre à venir, une plateforme en ligne de préchoix pour évaluer le nombre de postes nécessaires à chaque semestre, histoire de formaliser un travail déjà fait entre nous auparavant.


Questions sur le/les CHU, PERIPH & INTERNATS

Au CHU : quelle est la place de l'interne en vacation et quel est le mode d'encadrement par les séniors ?

– radioped : peu d’autonomie, en dehors des échographies transfontanellaires en néonat, surtout vrai pour les jeunes. Après, en fonction de l’ancienneté, plus de liberté laissée en écho, TDM voire IRM mais chefs toujours très présentes.
– neuroradiologie : un ou deux internes sont seuls au scanner, mais l’ensemble des examens est relu dans la journée/lendemain, chef joignable et un à deux chefs toujours dispo en IRM. Variable en IRM selon les PH : internes pouvant être laissés seuls mais relus, sinon accompagnés. Un interne si le veut en NRI, fait peu de choses au début mais c’est normal, la confiance ça se mérite…
– radio centrale générale : toujours (quelques exceptions ponctuelles) avec un chef sur les vacations spécialisées. Pour les avis-écho, tout seul avec possibilité de trouver un chef. Pour le scanner des urgences, les jeunes internes seront toujours encadrés, toujours un interne plus vieux (l’interne de phase socle n’est jamais seul), les plus vieux au mieux avec un chef sinon tout seul et sans relecteur (chefs toujours dispo pour relire des examens douteux bien sûr)

Existe-t-il un internat pour loger ?

Oui. Pas trop de difficulté́ normalement, car plutôt réservé́ aux 1 er -2e semestres mais s’il y a de la place possibilité aussi au-delà. Cotisation à l’asso des internes (AIMG) de 50€ pour ceux qui y logent, fait office de loyer.

Concernant les services de périphérie : à quelle distance se situent-ils? Accessibilité et existence d'un internat ?

– Chambéry : 40mn du CHU, autoroute directe, une dizaine de PH, 2 postes d’internes actuellement. Des vacations peuvent être confiées si l’interne se sent. Il y a un internat.
– Annecy : 1h15 du CHU, par autoroute, même topo avec 2 postes d’interne, possiblement 3 prochainement. Un internat sous la forme d’une résidence à 5min à pied du CH, avec appartements complets (cuisine et  SDB compris), du studio au T5. Compter un petit loyer (entre 200 et 300€ prélevé direct par le CH qui gère la structure, sans compter les charges avec contrat eau + électricité).
– Sallanches : plus éloigné environ 1h45 de Grenoble (près de la frontière suisse), pas un
internat mais une maison de coloc (peu d’interne). Un poste.

Quels sont les services du CHU ?

– Radiopédiatrie (Dr DURAND) : 4 PH, fonctionnement autonome avec 2 écho, une IRM dédiée (1,5T) et la radio standard et examens contrastés. Très très bon encadrement. Idéal pour débuter surtout pour formation à l’écho+++, les internes avec un peu de bagage sont facilement conviés aux vac parfois ultra-spé d’IRM, ou aux quelques examens TDM (faits en radio centrale).
– Neuroradiologie (Pr. KRAINIK) : un PU-PH, 2 MCU-PH, 4 PH + un interne de dernière année faisant un an dans le stage dès novembre.
Fonctionnement autonome également. Bon encadrement. Activité de NRI, imagerie ORL. 3 à 4 internes de radio, un poste réservé pour un hors-filière. Un scanner dernier cri, 2 IRM (1,5 et 3T) changées l’année dernière.
– Les 5 autres spécialités sont réunies dans une seule clinique (Pr. FERRETTI et Pr. BRICAULT) donc ont un fonctionnement partagé, et notamment les internes tournent tous sur les vacations d’urgences (avis-écho et scanner). Toutes les vacations de spécialités sont séniorisés. Les vacations de scanner des urgences sont également presque toutes séniorisées. Pour les avis-écho d’urgence, le senior du scanner est dispo en cas de problème.

Concernant le CHU, quelles sont les données quantitatives ? (Nombred’IRM, nombre de scanner, nombre d’universitaires...)

4 IRM : 1,5T et 3T pour tout et notamment la neuroradio, 1,5 T pour la radioped, 1,5 T pour l’ostéoarticulaire à l’hôpital Sud. Plus une IRM 1,5 T à activité partagée entre recherche et clinique (patients externes
principalement) essentiellement neuro.
4 TDM : 2 en centrale, 1 en neuroradio, 1 à l’hôpital sud.
Angio : deux salles dédiées radio, une en NRI, une en centrale dernier cri Zeego. Partage d’activité avec la coro pour le reste. Ouverture prochaine d’une salle pour absorber les « petits » gestes (piccline, gastrostomies…). 1 PU-PH en thoracique (Pr. FERRETTI), 1 PU-PH en digestif (Pr. BRICAULT), 1 PU-PH en neuroradiologie (Pr. KRAINIK) et 2 MCU-PH en neuroradiologie (Dr. GRAND et Dr. KASTLER).
2 CCA par an donc 4 CCA présents, principalement en centrale, pour la neuroradio et la pédiatrie c’est plus aléatoire.

En périphérie, quelle est la place de l’interne en vacation et quel est lemode d’encadrement par les séniors ?

Variable selon le semestre : d’observateur à responsable. Dépend aussi de la volonté, ne pas hésiter à être entreprenant pour avoir plus de liberté si on s’en sent capable.


Questions sur lA FORMATION ET L’ENCADREMENT

Existe-t-il des cours en stage, si oui à Quelle fréquence ?

Oui : 1h30/semaine en neuradiologie, 1h/semaine en visioconf en radio centrale (bassin Rhône-Alpes). Sinon cours ponctuels et improvisés dans certaines spécialités directement à la console ou en salle de cours, staff d’imagerie thoracique hebdomadaire avec dossiers commentés par Pr FERRETTI et les autres radiologues thoarciques. Staff hebdomadaire « spécial internes » en centrale où un interne présente un PowerPoint suivi de cas intéressants commentés en présence de Pr BRICAULT.

Les inter-CHU sont-ils possibles ? (Faciles ? encouragés ? blocages sur certaines destinations ? France vs DOM TOM ?)

Oui, très encouragés. Si un projet est cohérent, il n’y a pas de souci.
Pour les DOM TOM, ils n’ont pas été demandés depuis un moment, donc je ne sais pas.

Des formations complémentaires sont-elles organisées localement, et si oui sous quelle forme ?

Pas de formation dédiée aux internes. Accessibilité facilitée aux internes si des journées dédiées de formation sont organisées à Grenoble (journées de thorax et de neuroradio notamment avec gratuité de l’inscription le plus souvent, attestation de participation nominative). Pour le stage en vasculaire, possibilité facilitée de participation aux ateliers nationaux de RI vasculaire avec prise en charge par le CHU ou la société savante.

Sur une échelle de 1 à 10, comment les internes évaluent-ils la qualité globale de leur formation ?

8/10, surtout pour le côté empiriste plus que sur la théorie. Globalement équipes motivées pour transmettre leurs connaissances et savoir-faire, bien que les cours locaux soient trop rares.

Comment évaluerais-tu la qualité de la formation en radiologie interventionnelle ? (Tous les internes peuvent-ils se former ? seulement un petit nombre ? à quel type de gestes ?)

Très bonne formation pour qui veut. Un interne/semestre sur le stage de vasculaire, avec environ 5 demi-journées en salle d’angio/semaine.
Gestes variés vasculaires et non vasculaires : gestes simples type gastrostomie/PICC/PAC (confiés à l’interne seul quand il se sent prêt). Sinon, avec un chef, pour tout ce qui de l’aorte, CEL, embolisation, artério diagnostiques, stenting (sauf aorte abdo-membre inférieurs qui sont laissés aux chirurgiens vasculaires), PBH transjug, TIPS, recanalisation veineuse (sûrement d’autres que j’oublie), néphrostomies + JJ, drainages biliaires…
Les stages d’imagerie abdo et cœur-thorax ouvrent aussi la salle avec une à trois vacations en salle d’angio par semaine, principalement des gestes simples ou CEL/TIPS/drainages biliaires (la salle est ouverte tous les jours, dédiée avec salle dernier cri Zeego).
Une à deux demi-journées de Ri percutanée : radiofréquence, cryo, micro-onde principalement foie/rein/poumon. Biopsies pulmonaires sous TDM pluri-hebdomadaires. L’interventionnel sous scan et écho peut être réalisé par tous les internes qui passent dans le coin pour les examens d’urgence, toujours possibilité d’être séniorisé. Quelques chefs ont des vacations d’écho avec gestes : PBH ou autres biopsies notamment ; cytoponctions thyroïdiennes (pas vraiment de la RI je l’accorde). En périph, activité moins intense mais qui se développe (salle Zeego à Annecy aussi).

Sur une échelle de 1 à 10, comment Evaluerais-tu l'encadrement par les séniors au cours de l'internat ?

8/10, les efforts lancés pour les internes de l’ancienne maquette restent en demi-teinte notamment pour la relecture des examens d’urgence et pour l’écho, mais un réel effort est fait pour la nouvelle maquette en accord avec les objectifs de la réforme.

Dans quel(s) domaine(s) la formation des internes est-elle insuffisante et/ou inexistante localement et pour quelles raisons ?

Le stage sénologie/pelvis est un stage assez large car couvre imagerie de la femme, urologique, rétropéritonéale et colo-rectal, et tous les internes « ancienne maquette » ne peuvent y passer car jusqu’alors seul un poste ouvert par semestre.Pour la nouvelle maquette cela sera arrangé différemment dès le prochain semestre, passage obligatoire pour validation des objectifs. Idem en vasculaire (1 interne/semestre) mais c’est un stage moins demandé, si besoin sera adapté pour répondre aux objectifs de formation.

Quelle proportion (environ) d'internes a recours à des DU/DIU pour compléter sa formation ?

Tous ceux qui le souhaitent. Aucun ne le fait pour avoir une formation “de base” dans les spécialités.


A PROPOS DU POST-INTERNAT

A l'issue du post-internat : quel est l'état des lieux des postes au CHU / en périphérie / dans le libéral ?

CHU : difficile à dire, il y a récemment eu des départs de quelques PH qui ont été remplacés par des internes en sortie d’internat (PH directement) et assistants. Pour la suite, je ne sais pas (surtout à 5 ans…), difficile d’avoir une visibilité précise d’une année à l’autre…

Périph : Chambéry et Annecy ont vu une augmentation récente importante de leur effectif, mais risquent donc d’être saturés rapidement.

Libéral : pas de souci, en demande.

Post-internat : existe-t-il des difficultés d'accès actuellement au post-internat, et quelles sont les perspectives d'évolution pour les années à venir ?

Actuellement, il n’y a pas eu trop de souci. Pour les futures promos, ça va se corser : 2 postes de CCA/an libérés et pas de poste d’assistant fixe (à voir en fonction des besoins du service). Actuellement, pour prétendre à un poste de CCA, obligation de détenir un Master 2 (mais stage de recherche facilité en 6 mois pour ceux qui veulent). Dans un futur proche, à raison de 6 internes en plus / an, l’accessibilité sera réservée à ceux qui veulent vraiment se lancer dans l’universitaire ou qui montrent un intérêt certain au public.
Avec la nouvelle maquette, la dernière année de consolidation, il faudra voir ce que cela donne. Mais pour le moment beaucoup ont trouvé un poste soit de CCA soit d’assistant spécialiste au CHU. A noter que ces deux dernières années, ces postes participent à l’activité 1 jour/semaine dans un centre périphérique proche.


AVIS GENERAL SUR LA VILLE

Quelle est la politique locale l'application de la loi sur le temps de travail (repos de garde, demi-journées libres, demi-journées de formation...) ?

Repos de garde garanti. Une demi-journée libre minimum inscrite dans notre planning (planning en ligne commun avec les chefs). La 2ème demi-journée n’est pas toujours garantie, mais des adaptations de
planning peuvent facilement se discuter directement avec le coordonnateur (Pr BRICAULT) :
notamment pour la demi-journée de formation seniorisée, les internes montrant un intérêt pour une vacation (salle d’angio, séno, écho musculo-squelettique…) voient souvent leur demande aboutir quel que soit leur terrrain de stage à ce moment-là.

Comment évaluerais-tu l'ambiance / état d'esprit entre les internes et entre les différentes promotions ?

Très bonne. On fonctionne beaucoup au compagnonnage du fait d’être des promos d’un nombre relativement faible.

Existe-t-il un centre de lutte contre le Cancer (CLCC)? Si oui, quelle proportion des internes y passe en moyenne ?

Non

Quels est(sont) le(s) domaine(s) fort(s) de la formation dans ta ville ?

Actuellement, on a 3 PU-PH en thorax/digestif/neuroradio.
Un stage d’ostéo-articulaire dédié et complet, ce qui n’est pas le cas dans toutes les villes. Un stage de vasculaire également complet et prenant. La sénologie/pelvis est également en plein essor avec une PH jeune qui développe ++ la spécialité. Dans l’ensemble donc, très complet sans grande faille notable.

Quel ressenti / quel niveau de pression Estimes-tu que les internes de ta ville ont au cours de leur internat ?

Au vu de la conjoncture actuelle de tension dans les hôpitaux, on est actuellement en pleine discussion pour réorganiser les gardes afin d’alléger la charge de travail, car son de plus en plus lourdes.
Du reste, dans le service, parfois l’impression d’être laissés un peu pour compte dans la formation (notamment théorique). Mais mis de côté tout ça, l’internat de radiologie à Grenoble reste apprécié pour sa formation complète, la bonne entente entre internes et avec les chefs (parfois un peu brute de décoffrage en radiopédiatrie).
Stage assez prenant en vasculaire avec horaires de sortie aléatoires, plus tardifs que les autres stages, les intéressés sont prévenus.

Existe-t-il une association d'internes en radiologie ? Si oui comment s'appelle-t- elle ?

AIMG : association des internes de médecine de Grenoble. Pas d’association spécifique à la radio.